StatSoft France

Suivez toutes les informations et statistiques sur le softball en France et en europe.

Finale féminin, entrevue croisée Celine Lassaigne , Sarah Jones

A quelques jours de la finale féminin, entrevue croisée avec les coachs , Celine Lassaigne et Sarah Jones .

  • Un retour sur la Coupe d’Europe, comment vous avez vécu cette première compétition en Première Cup (Ndr : Toulon a disputé auparavant 8 autres coupes d’Europe)

Céline : Notre « première » coupe d’Europe s’est plutôt bien passée. Notre premier jour, entame de compétition a été un peu compliqué, malheureusement. Le reste de la coupe quant à lui a été plus que satisfaisant avec de bonnes performances individuelles comme collectives. Les filles ont jouées sans complexes et ont produit du beau softball

Sarah : Après notre victoire en ECW l’année dernière, nous avions hâte d’affronter les meilleures équipes européennes et nous n’avons pas été déçues. Nous avons eu un début de compétition difficile, mais c’est toujours comme çà le premier jour avec Toulon (nous commençons toujours difficilement!) Nous avons perdu un match contre l’équipe suédoise (Skövde) que nous aurions pu gagner. Notre 7ème place est un bon résultat pour cette année. (6ème ex aequo au nombre de victoires et de défaites avec La Suisse(Eagles Lucerne) et la Suède(Skövde Saints) mais 7ème car nous avons été battues par les suédoises)

 

 

  • Le niveau de jeu de l’Equipe vous a surpris ?

Céline : Le niveau de l’équipe ne m’a pas surpris. Je connais ces athlètes depuis des années et elles savent depuis des années que le potentiel d’être dans les meilleures nations européennes est là. Elles commencent petit à petit à le croire et cela s’est montré dans leur performance.

Sarah : Je pense que nous avons sous-estimé notre niveau de jeu par rapport aux autres équipes européennes, la preuve, l’équipe vainqueur de la Coupe Première (Sparks Haarlem)ne nous a battues que 2 à 0 !!! Mais au fur et à mesure que les jours passaient ​​nous avons pris confiance en nous et nous nous sommes rendu compte que nous pouvions gêner même les meilleures équipes

 

 

  • Retour à la Finale, un petit tour sur les effectifs , absentes, blessées

Sarah : Pour la finale, nous aurons une équipe complète de 15 joueuses avec aucune blessure

 

  • Toulon est invaincu depuis plus de 100 matchs, favoris logique de la finale ?

Céline : Toulon est bien le favoris de cette finale, mais comme nous leur disons toujours, il y a l’équipe sur le papier, ensuite il faut le prouver sur le terrain et quoi qu’il arrive on commence à égalité, tout est donc toujours possible…

Sarah : Je pense qu’on peut dire que les Comanches sont les favorites, mais il n’y a jamais de match facile. Nous nous battrons dès le 1er lancer jusqu’au dernier et nous jouerons notre jeu habituel en attaque et en défense: des bonnes frappes et une défense solide, comme elle l’a d’ailleurs été en Coupe d’Europe. En softball, comme dans d’autres sports, il n’y a aucune certitude: la meilleure équipe sur la journée sera gagnante

 

 

  • Vous êtes toutes les deux coaches en Equipe de France, vous avez jouées ensemble, pas trop difficile de se retrouver l’une face à l’autre ?

Céline : On a joué ensemble, on coach ensemble, on va se jouer une fois de plus ce week-end… Non pas difficile, tout réside dans la capacité à changer de casquette selon son rôle et nous arrivons plutôt bien à le faire.

Sarah : Il est toujours difficile d’affronter une équipe entraînée par Céline, elle est un entraîneur ambitieux avec un “killer instinct” à lire le jeu et réagir de manière appropriée. C’est pourquoi j’apprécie de coacher avec elle en Equipe Nationale. Elle a beaucoup d’expérience à tous les niveaux et en plus au Creps, elle a ses filles toute la semaine , elle les entraîne toutes ensemble ce qui est une bonne chose pour elles. Pour moi, il est un peu plus difficile d’être un joueur / entraîneur, mais j’ai une grande équipe avec moi et nous sommes prêtes pour la bataille!

 

 

  • Quelles sont les qualités de chacune ?

Céline : Elle a joué dans de nombreux championnats et pays, ce qui fait d’elle une coach avec de nombreux savoirs et des tactiques variées. Son expérience du haut niveau fait d’elle un coach intéressant à jouer car tactique et agressive dans les moments importants.  Elle poussera jusqu’à ce que nous craquions…

 

  • Que pensez-vous de la nouvelle formule du championnat ?

Céline : D’un point de vue sportif nous avons trouvé ce format un peu « limite » en termes d’équité. Difficile en effet de ne pas avoir la chance de se rattraper sur des matchs retours (sur un autre week-end) en cas de blessures ou autre. D’un point de vue « intérêt » moyennement motivant pour 2 équipes de se voir une seule fois pendant la saison et 4 matchs d’affilé.

Sarah : Personnellement, je préfère les autres formats que nous avons utilisés les dernières saisons. Jouer contre la même équipe 4 fois en 2 jours ne présente pas d’intérêt; de plus avec un seul arbitre (ce que nous avons eu sur 3 plateaux) çà n’est pas facile pour lui de prendre les bonnes décisions sur des actions compliquées. Les formats précédents: lorsque les 6 équipes jouaient au même endroit était beaucoup plus intéressant. Nous avions des supporters, nous pouvions regarder et scouter les autres équipes, nous pouvions échanger nos impressions avec les autres équipes; les équipes plus faibles pouvaient apprendre en regardant les plus fortes et il y avait une bonne ambiance parmi toutes les filles et toutes les équipes. La finale était vraiment une fête où l’on se retrouvait toutes!

 

 

  • Contrairement au masculin , il n’y a pas de lanceuses étrangères dans le championnat , quelle en est la raison à votre avis ?
  • Céline : Plusieurs raisons: le cercle vertueux ou vicieux (suivant les points de vue). Une équipe prend un lanceur étranger, difficile de rester compétitif si une équipe n’en possède pas un, donc toutes les équipes masculines en font venir un. En féminin, aucun club n’a encore fait la démarche… Enfin sans vouloir me prononcer pour les clubs, mais sûrement une question de politiques de clubs et  de finances. Ce que je trouve bien dommage car une D1 avec une lanceuse étrangère par équipe, donnerait une autre dimension au championnat.

Sarah : Pour moi, je pense qu’il y a une raison financière. Un grand nombre de clubs n’a pas l’argent pour accueillir les lanceuses et/ou joueuses étrangères pour la saison. Je dis bien “pour la saison” car je pense que ça ne sert à rien d’avoir des lanceuses étrangères simplement pour certains week-ends. Ce serait efficace si elles étaient dans les clubs pour la saison complète pour entraîner et former de nouvelles lanceuses et/ou joueuses afin de faire progresser le niveau du softball en France.
Sarah tu va repartir en Australie , un petit mot sur tes années chez les Comanches

  • J’ai aimé chaque minute où j’ai joué avec les filles. Toulon est une équipe d’amies et ces filles seront mes amies pour la vie. Nous avons eu des grandes opportunités et de merveilleuses expériences et honnêtement, les Comanches ont été la meilleure équipe avec laquelle j’ai joué. Elles vont beaucoup me manquer.

 

  • Céline nouvelle rentrée au pôle, tu as rajeuni l’effectif cette année, quels sont les objectifs fixés ?

Effectivement beaucoup de jeunes, 7 mineurs sur 9 internes et environ une dizaine d’externes U16. Un recrutement en accord avec la politique fédérale de développer du jeune haut niveau en softball féminin. L’objectif en N1 cette année, le développement des athlètes, l’apprentissage et bien sûre, car nous faisons de la compétition et formons pour le haut niveau, un maximum de victoires avec pourquoi pas une finale…

 

TL16TEAM cel_sarah

1 Response to “ Finale féminin, entrevue croisée Celine Lassaigne , Sarah Jones ”

  1. Françoise LASSAIGNE dit:

    Je tiens à remercier tout particulièrement Sarah qui a beaucoup donné aux Comanches pendant ces 5 années qu’elle a passées en France et où elle a joué avec Toulon.
    Joueuse de talent, solide, expérimentée, elle a su également transmettre aux filles toute sa connaissance du jeu.
    Sa gentillesse, son sourire, sa disponibilité, sa fiabilité et son efficacité vont beaucoup nous manquer !

    Françoise LASSAIGNE – LES COMANCHES

Laisser une réponse